lundi 8 septembre 2014

La fabuleuse machine d'Anticythère

mercredi 27 août 2014

Un peu de mécanique à l'ancienne pour commencer cette nouvelle année scolaire !

Une très chouette vidéo nous montre les étapes du filage de la laine. Old Fashion, isn'it ?


samedi 12 juillet 2014

QUE DEVIENNENT LES ANCIENS ETUDIANTS DE L'IUT de CACHAN ?

Maïa LISICKI
IUT de Cachan GMP, Promotion 2013
Technicienne Support Technique Fournisseurs EUROCOPTER


Après l’obtention de mon diplôme à l’IUT de Cachan, j’ai déménagé à Aix-en-Provence pour des raisons personnelles. J’ai été acceptée pour une licence pro logistique à l’IUT d’Aix, je ne souhaitais pas aller en école d’ingénieur pour trois années de plus. Ce domaine m’intéressait et je souhaitais avoir une formation différente pour élargir mes connaissances. L'entreprise Michelin, chez qui j’avais réalisé mon stage, m’a proposé de faire de l’alternance à Clermont-Ferrand, mais j’ai finalement refusé car je ne me sentais pas prête à faire les trajets mensuels. Je suis restée un mois en cours puis j’ai quitté la licence. J’ai également compris que la logistique n’était pas faite pour moi : ce n’est pas de la logique et des calculs que l’on nous apprend, mais de la culture générale. Je n’ai jamais été intéressée d’apprendre des cours par cœur.
J’ai donc cherché un emploi dès le début du mois de septembre. Un mois et demi plus tard, le 14 octobre, j’ai commencé à travailler chez Eurocopter Marignane qui, depuis 2014, a été renommé Airbus Helicopters. Je travaille au sein d’une équipe de 6 personnes en tant que Technicienne Support Technique Fournisseurs. Je fais partie du BE Rotors et Transmissions. 
Mon travail consiste à traiter les non-conformités des pièces des fournisseurs. Je dois, par un parcours technique, déterminer si la pièce non-conforme est acceptable en l’état, s’il faut la ferrailler ou la retoucher, et dans ce cas par quel moyen. On peut ferrailler la pièce même pour quelques microns hors tolérance ! Je traite les non-conformités mécaniques de toutes les pièces, allant de la visserie au carter, et ce pour tout modèle d’hélicoptère, qu’il soit civil ou militaire. Je réponds également à leurs questions techniques. Pour ces deux activités, je m’appuie sur toutes les normes d’Airbus Helicopters. 
Je vais voir régulièrement des collègues sur tout le site de plusieurs km² afin de récupérer des informations. C’est un poste très formateur, car j’apprends beaucoup quotidiennement dans tous les domaines de la mécanique : définition, traitement de surface, traitements thermiques, méthodes, qualité, retouches … et j’en passe. De plus, je suis directement en relation avec les fournisseurs. 
Mon contrat se termine fin juin, et tout se passe très bien. Cependant, maintenant que j’ai une petite expérience professionnelle, je me rends compte que les possibilités d’évolutions professionnelles et de salaires sont limités par rapport à mon ambition. Au début du contrat, je ne savais pas encore si je voulais continuer à travailler ou bien poursuivre mes études. Aujourd’hui, je souhaite intégrer l’ITII en alternance à l’ENSAM, qui est une école d’ingénieurs. Dans tous les cas, cette première expérience aura été très enrichissante, autant professionnellement que personnellement, et m’aura permis de préciser mon projet d’avenir. J’envisage de continuer dans l’aéronautique car c’est un domaine qui me plaît. Je suis certaine cette expérience me permettra de trouver plus facilement une alternance pour l’année prochaine.

Patrice GAILLARD
IUT de Cachan GMP, Promotion 1993
ingénieur de sûreté nucléaire. CEA

Après avoir obtenu mon DUT GMP en 1993 (certains diront au siècle dernier ;-) j’ai intégré l’UTC en Génie Mécanique.
Parmi les trois écoles dans lesquelles j’étais admis, j’ai choisi l’UTC pour différentes raisons : - le système d’unités de valeurs très motivant, 
- la possibilité de poursuivre (ou de commencer) plusieurs langues étrangères et 
- les deux stages de 6 mois au cours de la scolarité.
J’ai beaucoup apprécié ces trois années à l’UTC. J’ai en particulier profité du système d’unités de valeur pour :
- approfondir / compléter plusieurs disciplines que l’on avait vues à l’IUT (calculs par éléments finis, mécanique des fluides, métallurgie, contrôles non destructifs…),
- en découvrir plein d’autres (fiabilité, technique des plans d’expériences, matériaux composites, tribologie ; gestion financière ; perfectionnement en anglais et espagnol…).
Enfin, mes deux stages longs effectués en qualité chez Paulstra (groupe Total) puis en conception mécanique chez Air Liquide ont été super intéressants et très formateurs !

J’en profite pour citer ici la Fondation Georges Besse qui m’a aidé financièrement lors de ma dernière année. Cette Fondation veut aider des étudiants se destinant au métier d’ingénieur mais qui sont confrontés à de sérieuses difficultés financières et/ou familiales (plus d’infos sur http://www.fondationbesse.com).

Après mon service national en tant que scientifique du contingent au CEA Valduc en Bourgogne (j’y reviendrai), j’ai travaillé pendant trois ans et demi en tant qu’ingénieur qualité projets à Tyco electronics SIMEL à Gevrey chambertin. Cette entreprise conçoit et fabrique des connecteurs pour courants forts. Je travaillais à la fois avec le bureau d’études en particulier en pilotant les AMDEC sur les produits innovants, et avec les méthodes et la fabrication pour qualifier les moyens de production / résoudre les problèmes de non qualité.
Je voudrais apporter ici un témoignage : le Directeur qualité (qui m’avait recruté) m’avait dit après coup que j’avais été retenu parmi d’autres candidats, en partie du fait de mon cursus DUT suivi d’une école d’ingénieur qui était selon lui un gage de pragmatisme. Il avait ensuite ajouté que ce pragmatisme s’était bien vérifié…

Je suis ensuite retourné au CEA Valduc (réponse à une annonce parue dans l’Usine Nouvelle).
Il s’agit d’un site du Commissariat à l’Energie Atomique et aux énergies alternatives (CEA). Ce site fait partie de la DAM : Direction des Applications Militaires. La principale mission du site est la fabrication / assemblage des charges nucléaires de la force de dissuasion.

J’ai occupé différents postes pendant ces 14 années passées au CEA.
J’ai commencé en tant qu’ingénieur en gestion de production : encadrement d’une équipe de six personnes pour planifier et suivre les opérations de fabrication du Service ; approvisionnement de matières métalliques et gestion du stock. Puis préparation de la logistique du transfert des matières nucléaires de plusieurs bâtiments vers un nouveau magasin d’entreposage centralisé : mise en œuvre du logiciel de simulation de flux Arena.
Après ces six années en gestion de production, j’ai travaillé quatre ans en tant qu’ingénieur en fiabilité : élaboration des arbres de défaillances des produits, travail de synthèse avec les concepteurs et les contrôleurs pour l’élaboration des analyses quantitatives de fiabilité, calculs de probabilité de défaillance par des méthodes mécano-fiabilistes (mise en œuvre des logiciels Phimeca et Comrel).

Depuis quatre ans, je suis ingénieur de sûreté nucléaire pour quatre Installations nucléaires (une installation expérimentale en début d’assainissement / démantèlement ; un petit accélérateur produisant des neutrons mono-énergie ; deux réacteurs métalliques surcritiques produisant des neutrons de fission. Ces trois dernières installations servent à irradier des composants à des fins de recherche en neutronique ou à des fins industrielles (tenue aux rayonnements de circuits électroniques par exemple). Mon travail consiste à réaliser des analyses de sûreté nucléaires dans le cadre d’opérations non habituelles ou de modifications de nos Installations, ou – bientôt – dans le cadre d’opérations d’assainissement / démantèlement. Il y a aussi tout le travail consistant à faire vivre le référentiel de sûreté nucléaire (mises à jour…), la gestion des anomalies et le suivi des actions correctives, les relations avec l’Autorité de Sûreté Nucléaire de Défense.

En guise de conclusion : mon cursus à l’IUT GMP de Cachan m’a donné un solide bagage technique qui a pu être mis à profit non seulement en école d’ingénieur : approche plus théorique à l’UTC (quelques fois un peu trop pour mes facultés somme toute limitées en termes d’abstraction mathématique ;-) mais rendue compréhensible par l’approche concrète adoptée à l’IUT. Ce bagage technique est aussi mis à profit même dans les postes qui ne sont pas « techniques » : car même si je ne sais plus faire un calcul aux éléments finis sous IDEAS par exemple ou programmer un automate programmable, je sais exprimer mon besoin auprès du technicien qui sait faire et je sais que la donnée de sortie me servira à évaluer une fiabilité ou constituera un asservissement utile pour ma démonstration de sûreté.


Mathieu GOUNET
IUT de Cachan GMP, Promotion 2006
Dessinateur concepteur pièce mobile moteur F1

Renault sport F1
Je travaille actuellement au sein du département études qui dessine et conçoit les moteurs de F1 destinés aux équipes Infinity Red Bull Racing, Lotus F1 Team, Williams F1 Teams et Caterham F1 Team. 

Je suis plus particulièrement chargé de la conception sous CATIA V5 des pièces mobiles et des KERS (système de récupération d’énergie).


Nathan CAUSSE
IUT de Cachan GMP, Promotion 2011
Etudiant Université Paris X Ouest
Licence Professionnelle Propulsions Aéronautique et Spatiale

 

Je viens vous donner les nouvelles que vous m'aviez demander : J'ai intégré la licence pro propulsions aéronautique et spatiale de l'IUT de Ville d'Avray. C'est une formation basée essentiellement sur une approche théorique (calculs thermique moteurs, comparaison moteurs fusées, etc.) et qui suit relativement bien la formation GMP. Les bases acquises au cours des deux ans me permettent de suivre sans problème les cours. J'y retrouve également des matières déjà approché comme la science des matériaux ou encore la thermique abordée avec vous. 

De plus, cette licence m'a permit d'intégrer la SNECMA sur le site de Vernon où je vais travailler en tant que concepteur (je vous ai ajouté le détail de la mission plus loin). C'est grâce à ma formation GMP que j'ai pu intégrer le site de Vernon, entre autre par les bases de CATIA qui nous ont été proposées. Les efforts de l'IUT de Cachan envers ses étudiants me permettent alors de rejoindre le secteur que je voulais intégrer depuis longtemps.

Je voulais également vous faire savoir que vous avez été cité (Aérodyne) dans une conférence par M. MOENS en tant qu'excellent visionnaire de l'aviation légère.

je vais travailler tout au long de mon apprentissage sur le moteur Vinci 2 qui équipera Arianne 6 au niveau du deuxième étage. On va essayer de faire comme les Russes en soudant plusieurs partie de ce moteur et ainsi gagner du poids (même si on atteindra jamais ce qu'ils ont fait, voir photo jointe). L'avantage du soudage permet ainsi une fiabilisation accrue du moteur ainsi qu'un énorme gain de poids. Une petit pré-étude a été faite et on s'est rendu compte qu'en remplaçant ne serait-ce que 6 brides par des soudure, on gagne ainsi 17kg!

Voici la note de mission qui m'a été proposé par la SNECMA :

Les contraintes de coût sont de plus en plus présentes dans le processus de dimensionnement des moteurs spatiaux. Ainsi, les futurs moteurs devront intégrer des solutions technologiques innovantes en termes de coût par rapport aux moteurs actuels. L’analyse de la concurrence montre qu’un choix d’aménagement peut être de souder des lignes de circulation des fluides sur les différents organes.
Ainsi, dans le cadre de l’apprentissage dans le département d’intégration mécanique, il s’agira de concevoir une solution d’aménagement moteur avec des lignes soudées compatibles de toutes les opérations possibles au cours de la vie du moteur, à savoir le soudage in-situ, la protection à la pollution lors du soudage, le remplacement d’un organe en cours de cycle, le découpage d’une ligne in-situ, le contrôle des soudures.
L’objectif est de pouvoir disposer d’un dossier avant projet détaillé sur la possibilité de souder les lignes sur moteur spatiaux en fin d’apprentissage.



Kevin GARCIA
IUT de Cachan GMP, Promotion 2010
Ingénieur chez Eurocopter




 Après l'IUT , j'ai intégré l'UTC en Génie Mécanique , que j'ai effectué par apprentissage chez Eurocopter , au Bureau des pales d'hélicoptères de La Courneuve.  J'ai récemment effectué une période à l'étranger de 3 mois requise par l'UTC , dans l'entreprise WillsWing en Californie , qui conçoit et fabrique des deltaplanes vendus dans le monde entier.

L'IUT m'a apporté une formation extrêmement  riche  que je n'ai pas retrouvé par la suite. L'IUT , c'était vraiment du concentré. L'IUT avec une formation très technique incitant à suivre une démarche scientifique m'a parut très complémentaire avec l'UTC , plus fondé sur le développement personnel , les Sciences Humaines et les Langues où l'approche scientifique est également mise en avant.

Description travail actuel : Mon travail est de démontrer par calculs et essais la tenue des pales d'hélicoptères aux charges de vol et d'améliorer la méthodologie de justification.Cela se traduit par la planification et suivi d' essais sur éprouvettes de composites ou sur tronçons de pale , la rédaction de  synthèses d'essais et de documents de certification, et modélisation par éléments finis des éprouvettes d'essais .



Nicolas MORIN
IUT de CACHAN GMP, Promotion 2008
Ingénieur chez Blaaster Wind Technologies (Norvege ).


Je suis sorti de l'IUT après mon stage au labo matériaux de Siemens Wind Power, au Danemark. Stage très intéressant, où j'ai beaucoup appris, rencontré beaucoup de monde et ai commencé à bâtir mon réseau. 
J'ai intégré l'INSA de Lyon en Génie Mécanique et Développement à la suite, et ai passé une très bonne année à Lyon. La transition encore l'IUT et l'école d'ingénieurs n'a pas été difficile, les quelques 'retards' niveau théoriques se comblent bien rapidement, et notre formation nous permet d'être beaucoup plus productifs dans les domaines plus techniques, comme en conception, travaux pratiques, etc.

L'année suivante, je suis parti en échange à Trondheim, Norvège. J'ai passé une année fantastique, autant sociale qu'a l'université : Tant de gens à rencontrer, de cultures à découvrir, de soirées, et de cours intéressants qu'on peut ne pas trouver à l'INSA. J'ai ensuite continué un semestre de plus à Trondheim, pour mon stage ingénieur (qui à l'INSA se fait au début de la 5e année), effectué au Sintef; le plus grand centre de recherche privée en Norvège. Le sujet du stage reposait sur le mécanisme d'initiation et de propagation de fissures dans des pipelines transportant du gaz sous différentes formes, dans un projet de capture et stockage du carbone. 

Je suis rentré à Lyon une derniere fois pour faire mon projet de fin d'étude, celui-ci portant sur la modelisation numérique de la fracturation de la glace sous impact à haute vitesse. J'ai choisi alors de faire un double diplôme avec un master de recherche, proposé par l'insa en collaboration avec d'autres écoles lyonnaises, en l'occurrence Centrale Lyon. Ce double cursus consiste en quelques cours en plus du cursus normal, étant donné qu'une majeure partie a une équivalence dans les deux cursus. Le projet de master est aussi prolongé jusqu'a septembre, au lieu de juin.

J'ai signé mon contrat avec mon entreprise actuelle 2 mois avant la fin de mon master. Je travaille maintenant chez Blaaster Wind Technologies, toujours à Trondheim. Cela fait maintenant 1 an et demi que j'y travaille. Nous ne sommes pour l'instant que 10 dans l'entreprise, et avons développé une éolienne de 3MW, direct drive, donc sans boite de vitesse; avec une générateur à aimants permanents. Nous avons installé un prototype l'été passé sur la côte norvégienne, qui fonctionne maintenant et produit de l'électricité qu'il envoie au réseau. J'ai participé aux opérations d'installation, ai conçu quelques pièces permettant le levage et installation de composants comme les sections de tour et le générateur. 

Sinon, je suis, avec mon chef, responsable de tous les calculs de résistance mécanique, cela comprenant les calculs en statique et fatigue, ainsi que quelques calculs dynamiques. J'ai aussi mis au point des feuilles de calculs, comme par exemple pour déterminer pour chaque type de connections boulonnée les moments de serrage. Je suis en ce moment en train de mettre au point une nouvelle manière pour nous de calculer la durée de vie des pièces soudées. J'ai de temps en temps quelques tâches variées à accomplir, comme par exemple quelques petites excursions sur le site du prototype pour faire quelques tests, ou encore de représenter notre entreprise avec une collègue au plus gros salon de l'éolien en Europe  HUSUM au nord d'Hambourg.

L'entreprise est maintenant sur le point de commencer la phase de commercialisation et de production en série. Nous avons un contrat de 28 éoliennes avec une entreprise en Suède !
Plus d'information sur Blaaster sur notre site :  http://www.blaaster.no/

Sinon, la vie en Norvège me plait beaucoup, et le cadre de travail est génial, surtout sur le site de notre prototype ! Il ne faut surtout pas hésiter à partir à l'étranger si l'occasion se présente; C'est pour moi la meilleure façon de découvrir le monde, se découvrir soi-même, et s'offrir une belle opportunité de carrière !

Nicolas Morin

Le soleil de Minuit


---------------------------------------------------------------------------------------------
Célia Le GOUIL
IUT de CACHAN GMP, Promotion 2004
Responsable du Département matériaux chez Siemens Wind Power (Danemark ).

« Après l'obtention de mon diplôme Universitaire de Technologie j'ai poursuivi mes études à l'Université de Technologie de Compiègne. Au cours de mon stage ingénieur au Danemark chez un fabriquant d'éoliennes  j'ai découvert mon futur métier.

La formation génie mécanique et productique de l’IUT de Cachan  est la seule à m’avoir apportée autant de connaissances pratiques et théoriques que j’utilise chaque jour dans ma vie professionnelle».


---------------------------------------------------------------------------------------------
Hélène RENE
IUT de CACHAN GMP, Promotion 2007
Chargée d’affaire outillage DAHER SOCATA.


"Depuis l’IUT :
Apres une longue hésitation, je me suis lancée dans une école d’ingénieur à l’UTBM, département EDIM (Ergonomie, Design et Ingénierie Mécanique).
J’y ai effectué 2 stages de 6mois : un premier en début de Bac+4 chez DAHER SOCATA, en région Centre au service méthodes ; un deuxième fin BAC+5 chez SEB (c’est bien) dans les Pyrénées, en développement produit. Fin de stage sans promesses d’embauche, je me suis mise à la recherche d’emploi dans un contexte de crise. J’ai travaillé chez ASSYTEM (prestation de service) pour Renault en tant que pilote pièce. Le travail était très peu technique, mais m’a permis d’acquérir des méthodes de travail. Juin 2011, je retournai chez DAHER SOCATA pour travailler en tant que chargée d’affaire outillage.

Mon rôle est de répondre au besoin en outillage des sites de production : étude du besoin avec les méthodes, chiffrage, consultation, préconcept, suivi de la sous-traitance (étude + fabrication), réception, accompagnement en production, amélioration. Tout en étant attentif au facteur QCD et facteur humain.
Mon périmètre de travail concerne principalement les outillages pour pièces composites : moulage, finition, assemblage, … pour des pièces simple (tuyauterie) ou complexe (plenum, entrée d’air, AIOS…)."


Ci-joint quelques photos de mon environnement de travail ainsi que quelques exemples :
-          Plancher cockpit A400M
-          Plenum SMS
---------------------------------------------------------------------------------------------
Nicolas GOSSART
IUT de CACHAN GMP, Promo 2003; 
Directeur du bureau d'étude Dassault Falcon Service

"Diplômé en 2003 j'ai poursuivi une année en licence professionnelle robotique à l'IUT de Cachan. Fan de la structure j'ai voulu débuter mon expérience professionnelle avec les nombreux moyens de l'IUT. 

J'ai intégré à la suite de mon stage le Centre de Recherche en Innovation Industrielle et Pédagogique (CRIIP) de l'IUT. Pendant plus de deux ans, j'ai eu la chance de travailler pour sur des projets extravagants, en charge du développement de solutions mécaniques et robotique. Projets fous d'inventeurs, télévision qui diffuse des odeurs, mini motos robotisées, robot Staübli transformé en robot dessinateur, expositions aux quatre coins de l'Europe et au Canada, autant de projets variés et enrichissants culturellement. Mon activité éclectique au sein de la structure, de la négociation client à la réalisation de petite série m'a donné la légitimité pour prétendre à des postes de responsable d'équipe. 

En 2006, j'ai intégré en tant que dessinateur la société AirCaD, en charge d'aménagement de jets privés en aéronautique. J'ai pu rapidement, au bout de 3 mois, demander le poste de responsable d'équipe. Les 3 mois suivants m'ont donné la possibilité de démontrer les capacités en gestion d'informations apprises au CRIIP pour, au détour d'une réunion et d'une maquette surprise d'un mètre pour ma démonstration, obtenir un poste de responsable de projet avec une équipe plus importante. Les 6 années au sein de cette entreprise ont été jalonnées par de grandes étapes de croissance et j'ai pu monter deux équipes de bureau d'études de 25 personnes. 

Enfin, depuis un an, l'ensemble de ces épreuves m'ont amené à diriger le bureau d'étude Dassault Falcon Service, spécialisé dans ma modification de Jet privé Falcon en exploitation. 

Ces postes m'ont permis de rencontrer beaucoup de profils en recrutement. Les Cachanais font sans aucun doute parti des rares diplômés qui ont la chance, dès les 2 années d'IUT, d'avoir une richesse technologique importantes. La variété des moyens à disposition dans l'atelier, la profusion des exemples concrets comme support de travaux pratiques sont autant d'armes nécessaires pour la suite. Enfin, les projets de bureau d'étude et projet de deuxième année sont des supports importants à présenter en entretien car beaucoup d'IUT ne programment pas ces niveaux de compétences. C'est très rare de voir un bac + 2 qui maîtrise mise en plan et conception astucieuse. Je vous incite à profiter de ces expériences et de les mettre en valeur dans vos entretiens pour décrocher rapidement poste et promotion. Le CV c'est bien, les images c'est encore mieux ! Soyez créatifs..."





---------------------------------------------------------------------------------------------
ARNAUD COURTEILLE
IUT de CACHAN GMP, Promotion 2003, 
Cadre exploitation à l'usine Marémotrice de la Rance en Bretagne


"Le DUT GMP de Cachan en poche en 2003 (10ème de promo), je n’ai pas voulu intégrer une école d’ingénieur, peut-être par peur… Mais je ne voulais pas subir tous les concours et le stress qui va avec. J’étais déjà rincé de la super formation de l’IUT Cachan. Exigeante et dure par moment, mais qui paye largement par la suite. 

J’ai donc poursuivi mes études en intégrant l’IUP GSI (Génie Systèmes Industriels) en Mécanique/Productique à l’Université de Marne-la-Vallée (la suite du DUT quoi…). Diplômé avec une Licence et une Maîtrise (majors de promo), j’ai acquis le titre d’Ingénieur Maître (qui n’existe plus malheureusement) et j’ai terminé par un Master 2 en GSI en 2006. Et oui, la réforme LMD est passée par là !!! 

J’ai fait ensuite 6 mois de chômage, ce qui m’a valu beaucoup de remises en cause et un sérieux travail sur moi-même pour ne pas péter les plombs !!!

J’ai enfin été embauché en 2007 chez EDF à la production hydroélectrique comme Ingénieur Hydraulicien à Toulouse pour la maintenance de toutes les centrales des Pyrénées. Après 2 ans de découverte et de montée en compétences sur des chantiers extraordinaires (conduites forcées, rénovations de groupes de production, de turbines, de vannes etc.…), je suis devenu cadre exploitation au groupement d’usines de la Rance en Bretagne. J’exploite entre autre l’usine marémotrice de la Rance depuis 4 ans. Métier passionnant qui fait toucher tous les domaines et les métiers (sureté hydraulique, sécurité, management, relationnel, électrique, génie civil… et bien sur mécanique). EDF offre également un salaire avantageux, un déroulement de carrière très diversifié et des métiers passionnants avec des machines extraordinaires. Des chantiers d’exception et des souvenirs plein la tête.  



Petit conseil pour les camarades : construisez votre CV avec vos stages, c’est ce qui vous sauvera et vous fera sortir du lot. Soit avec diverses entreprises reconnues dans un domaine, soit en diversifiant les domaines d’activités. 
Personnellement, j’ai fait mon stage de DUT chez Dassault Falcon Service au Bourget sur la maintenance des jets privés. J’ai ensuite fait mon stage de Licence chez Dassault Aviation à Argenteuil au bureau des méthodes sur la fabrication du 1er jet Falcon 7X. J’ai ainsi pu faire le tour de la vie d’un avion. La conception avec l’interaction du bureau d’études et la fabrication avec les chaînes de montage. Puis l’exploitation avec la maintenance des avions qui volent. 
Voulant changer un peu de domaine, j’ai fait mon stage de Maîtrise à la SNCF en ingénierie de maintenance sur les TGV Duplex (2 étages). Et oui, l’aviation est super intéressant, mais il faut voir autre chose. En effet, il ne faut pas être expert dans un seul domaine. C’est un peu ce qui m’a sauvé. Quand je cherchais du travail, l’aviation embauchait très peu. Alors que le ferroviaire recrutait à tour de bras… 
Enfin, pour stage de fin d’études, j’ai intégré la DCN (Direction des Constructions Navales) à l’arsenal de Cherbourg sur le développement d’appareils hydrauliques pour les futurs Sous-marins Nucléaires d’Attaque (SNA) Barracuda. Actuellement en construction. 
Chez EDF, c’est mon expérience dans le domaine hydraulique qui a payé pour mon recrutement. Comme quoi, il ne faut rien négliger… Le hasard fait bien les choses, mais il ne faut jamais rien lâcher !!! Le travail paye toujours. 
Il ne faut pas regretter ces choix, mais essayer d’en tirer le maximum. 

J'ai de supers souvenirs à l'IUT. Souvenir de projets (CAO/DAO), d'études lors des TP, du CROUS légendaire, du charisme ou caractère bien trempé de certains profs (dont on se souvient bien !!! M.Richard et ses craies en amphi, M.Roger etc...). 
L'IUT m'a apporté une vision plus large de la mécanique et surtout une culture. Avec des anecdotes des profs sur des projets qu'ils ont connu dans l'industrie et qui nous ont fait part dans les cours par exemple. C'est aussi leur disponibilité pendant les TP pour vous expliquer ou même des suppléments d'explications même sur le temps de leur pose. 
La richesse de l'IUT, c'est aussi le panel assez large des profs qui ne sont pas que technique. L'IUT m'a fait redécouvrir et surtout apprécier l'anglais par l'anglais technique appliqué aux systèmes mécaniques (et non plus la description des affiches de films comme au lycée qui me barbait profondément...). La communication aussi avec des présentations à rendre qui développe votre rigueur pour la rédaction des rapports et vous forces à pousser vos recherches. La construction d'un CV tenant la route ou la préparation aux entretiens d'embauche qui vous démarque par rapport à d'autres écoles. C'est là que se gagnent les points. Bref, l'IUT de Cachan est une BONNE école. 

Courage à tous et bonne réussite. Sortant de l’IUT de Cachan, je ne me fais pas trop de soucis ;-) "


---------------------------------------------------------------------------------------------
Anatole VAILLANT
IUT de CACHAN GMP, Promotion 2010
Génie des systèmes mécaniques à l'UTC en alternance chez PSA

"Je suis sortis de l'IUT en 2010, j'ai ensuite fait une école de design (ISD : Institut Superieur de Design à Valenciennes) en design numérique (production d'images de synthèses, modélisation surfacique avancé "classe A" sur Autodesk Alias). 
Après un an de Design, j'ai souhaité me réorienter vers des études d'ingénieur, j'ai donc intégré la licence pro robotique à l'IUT de Cachan en 2011 où j'ai travaillé sur un projet de robot rapide autonome : 



http://www.youtube.com/watch?v=cUZXN9PVtFM

Je suis maintenant en génie des systèmes mécaniques à l'UTC en alternance chez PSA en calculs et optimisations crash."
Présentation de la formule CRIC au directeur de l'innovation de PSA.
---------------------------------------------------------------------------------------------
Basile DURAND :
IUT de CACHAN GMP, promo 2010,
Après l'IUT : Insa Lyon dont 1 an d'échange à l'université de Sheffield.



L'IUT m'a apporté beaucoup au niveau de tout les aspects théoriques ainsi qu'une grande culture générale technique. L'enseignement y est d'une qualité irréprochable.

Le fait d'être passé par l'IUT permet de garder le sens mécanique et physique et de ne pas avoir trop la tête dans les étoiles. 

Je ne retiens de l'IUT quasiment que de bons souvenirs notamment pour un travail de groupe approfondi.
Les moyens matériels et intellectuels mis en oeuvre par toute l'équipe pédagogique sont extraordinaires, l'IUT de Cachan est un Eldorado !

De mon point de vue il faut conserver les IUT à tous prix, je suis prêt à me battre si certaines personnes veulent casser les IUT qui forment des gens heureux et qui ont les pieds sur Terre !"
---------------------------------------------------------------------------------------------
AirCaD, AirCraft Cabin Design :


Un certain nombre d'anciens étudiants font leurs premières armes dans l'entreprise AIRCAD.
AirCaD est un bureau d'études spécialisé dans les projets d'aménagement intérieur cabine, principalement dans le domaine VIP. Nous réalisons la conception et la justification par calcul de meubles et équipements, ainsi que la conception ou modification de structure avion. Nous menons également des projets de certification, dont le but est d'obtenir auprès des autorités aéronautiques les agréments nécessaires pour laisser voler un avion modifié.

Jérôme FALLU
IUT de Cachan, GMP, Promotion 2005
Responsable de l'ensemble du bureau d'études aéronautique



"Sorti en 2005 de l'IUT, j'ai rempilé pour 3 années supplémentaires en intégrant l'UTT. J'ai effectué mon stage de fin d'études au sein de la société AirCaD où sans le savoir j'avais déjà posé mes bagages pour quelques années. 
Débutant comme ingénieur conception, j'ai progressé dans la hiérarchie, passant par les postes de responsable d'équipe, chef de projet et responsable du département conception. Depuis environ un an je suis responsable de l'ensemble du bureau d'études et donc des activités calcul et conception. Sans être un grand spécialiste dans un domaine particulier, mon poste me permets d'aborder tous les sujets et donc d'assurer un suivi global. Au quotidien je fais de l'expertise, j'aide à la production de livrables, je planifie les ressources humaines pour les projets en cours et à venir, je réalise des pré-études et des chiffrages, bref j'essaye de garder un œil sur tout."

David DUMONTAGNE
IUT GMP promotion 2009:
Stage de fin d'étude dans la société AIRCAD


"L'IUT de Cachan m'a permis d'intégrer l'Université de Technologie de Troyes. J'ai effectué un stage dans la société Virax à Epernay de septembre 2010 à Février 2011. Actuellement je suis en stage de fin d'étude dans la société Aircad où j'ai mis en place la méthode de conception 3D Aircad."

Clément CABEL
IUT GMP promotion 2011:
Concepteur/dessinateur en bureau d'études aéronautique


"Après avoir effectué, en 2011, mon stage de deuxième année au sein d’AirCaD, au vu des propositions qui m’étaient faites, j’ai décidé de mettre un terme à ma vie étudiante, et d'entamer ma vie professionnelle avec AirCaD. Après avoir commencé par de la mise en plan, ce qui m’a permis de me familiariser avec le métier de concepteur/dessinateur d’aménagement de cabine VIP, je commence à me plonger dans le plaisir de la conception de meuble."

André SILVELLI
IUT GMP promotion 2004 et licence pro 2005:
Concepteur/Méthodes  en bureau d'études aéronautique




"Après mes trois années d’IUT, j’ai fait mes premiers pas dans le monde du travail en 2005 comme dessinateur dans la société BEMA ingénierie. Première expérience en bureau d’études dans le domaine automobile et plus particulièrement dans le domaine du ferrage. BEMA était un intégrateur automobile, qui créait et implantait les lignes de productions des sociétés telles que PSA, Renault, Dacia et autres en Europe. 
Aujourd’hui je réalise que ma première expérience a vraiment été pour moi très utile et très formatrice. Le passage de l’école au monde du travail a été une étape importante dans ma vie. 
En Aout 2007, j’ai rejoint la société AirCaD dans laquelle j’évolue depuis maintenant 5 ans.  J’ai ainsi découvert le monde aéronautique qui est très vaste et intéressant, avec la structure avion, la conception de meuble, le coté production dédié à l’aéro, l’utilisation des matériaux et les impératifs à connaitre.
Aujourd’hui je travaille dans le département Méthodes, mes tâches sont les suivantes : La conception et aide à la conception (référent technique), le contrôle de la qualité des livrables du bureau d’études, la formation interne et la rédaction de fiches méthodes. Tous les jours sont, pour moi,  sources d’apprentissages et de découvertes."

Thomas RAVASI
IUT GMP promotion 2006 et licence pro robotique 2007:
Dessinateur/projeteur, responsable mécanique, expert technique, chef de projet, ingénieur calcul, formateur...en bureau d'études aéronautique


"Après un DUT GMP et une licence de robotique à l’IUT de Cachan, j’ai poursuivi mes études par un diplôme d’ingénieur à l’ENSMM que j’ai eu la chance d’intégrer en deuxième année de cycle ingénieur, conservant ainsi le bénéfice de ma licence. J’ai effectué mon stage de fin d’étude chez AirCaD (BE spécialisé dans l’aménagement d’avion privés VIP), que je n’ai plus quitté depuis. 
Au cours de ces 4 ans, j’ai occupé plusieurs postes, avec différentes responsabilités : dessinateur/projeteur, responsable mécanique, expert technique, chef de projet, ingénieur calcul, formateur… J’ai effectué la majorité de mes missions à l’agence de Paris, mais aussi sur site, chez certains de nos clients, dont une mission de 18 mois en Autriche."

---------------------------------------------------------------------------------------------
Clément POINAS :
IUT de CACHAN GMP, Promo 2008.
En formation pilote de ligne


"Petit résumé de mon parcours : 
Sorti du DUT en 2008, depuis longtemps dans l'optique de devenir pilote de ligne j'ai couru après mon rêve. Je souhaitais intégrer une formation gratuite, pour cela, deux options; les cadets Air France ou l'ENAC. Boulé aux cadets Air France à la fin du DUT, il me fallait un ATPL théorique (code de la route du pilote de ligne) et un PPL (licence de pilote privé) afin de me présenter au concours universitaire de l'ENAC (EPL/U). 

J'ai donc travaillé dur pour me financer ces deux licences qui coûtent cher, principalement des boulots de nuit pour bosser les bouquins et voler le jour; voiturier, animateur radio, maquettiste pour un artiste. Après avoir obtenu les licences fin 2010, préparation des concours et passage des deux phases de sélection en juin 2011.
Admis, j'ai entamé la formation en novembre 2011. La formation comporte plusieurs étapes, débuts VFR sur TB20, voltige sur CAP 10, vol aux instruments sur TB20 puis Beechcraft 58 et cerise sur le gâteau du simulateur airbus 320. Elle nécessite beaucoup d'investissement personnel et de rigueur. Je suis maintenant en formation sur bimoteur Beechcraft 58 (photo du vol d'aujourd'hui jointe). 

Le DUT m'a aidé pour les sélections et la formation: 

- Connaissances techniques (mécaniques!), compréhension de systèmes complexes. 
- Travail en groupe, en équipage. (cf les projets) 
- Autonomie et capacité décisionnelle. 

Voilà!"
---------------------------------------------------------------------------------------------
Guillaume LUKAS : 
IUT de CACHAN GMP, Promo 2006
Ingénieur en aéronautique, auto entrepreneur

"Content de voir que les projets avancent ! Voici un peu de mes nouvelles :
2006 : sortie IUT (projet commandes de direction)
2006-2009 : CNAM (génie mécanique) en alternance avec Eurocopter La Courneuve
2009-2010 : césure en Australie (1 an)
2010-2012 : sous traitance pour Airbus Toulouse (mat moteur et entrée d'air A320 NEO)
Auto entrepreneur depuis 2011 : photographe : www.lukasg.com

J'ai acheté un appart sur Toulouse cette année et je projette de partir bosser quelques années dans un pays anglophone (aéro ou photo, je sais pas encore !)
Voici une petit photo de mon séjour prospectif en Californie d'il y a un mois...

En pleine réflexion métaphysique sur la conception des entrées d'air NEO, au bureau d'étude d'Airbus Toulouse."
---------------------------------------------------------------------------------------------
Kevin POSTEC :
IUT de CACHAN GMP, Promo 2008,
Ingénieur mécanique dans une écurie de compétition.

"Je ne sais pas si vous vous souvenez de moi j'étais de la promo 2008 avec Antoine Boucart ou Boris Chapin nous étions partis à Liverpool John Moores University pour y effectuer un BEng. 

J'ai obtenu mon BEng mais n'étant pas satisfait de mon niveau d'anglais après un an je décide de rester pour faire un MSc Manufacturing Engineering afin de compléter la formation Design du BEng... J'ai pris part au projet « Formula student » durant cette année et il s'agissait de la toute première voiture conçu par l'université. Lorsque je devais rendre mon rapport de projet ils m'ont proposé de continué à travailler sur ce projet et n'ayant pas trouvé de débouché dans le sport mécanique je décide donc de continuer a concevoir, développer, fabriquer et piloter les voiture pour l'année 2010, 2011 et 2012. 

J'ai pu travailler cette dernière année avec Thibaut Tam pour son projet et je l'ai aidé dans la conception de la géométrie de direction de la « formula student car ».  Cette expérience m'a ouvert la porte à M-sport, l'entreprise qui conçoit la Ford officiel du championnat du monde des Rallyes (WRC). 

J'ai débuté en Avril dernier ou je travail dans un petit bureau d'études... Mon niveau d'aujourd'hui et ma culture mécanique proviennent de mes années à Cachan... Liverpool m'a permis de développer ce que j'ai appris à l’IUT et surtout de l'appliquer sur le projet « formula student ». 
Après seulement 4 mois j'ai la responsabilité de concevoir et développer toute la géométrie de suspension d'un nouveau gros projet et de concevoir tous les « unsprung mass elements » (je n'ai absolument aucune idée du nom français donné pour ce sous ensemble - éléments de masse non suspendues) il s'agit de tous les éléments de la voitures mobiles par rapport au châssis (roue, étrier de frein, moyeu, porte moyeu et éléments de suspension.)

Cordialement."

---------------------------------------------------------------------------------------------
Marc MOREAU :
IUT de CACHAN GMP, Promo 2010,
Formation pilote de chasse.

"Bonjour 

Après mon DUT GMP j'ai intégré l'IUT de Ville d'Avray pour faire une licence en structures aéronautiques et spatiales en alternance ; 


Concernant la Licence Pro de ville d'Avray- Structures Aéronautiques et Spatiales, j'ai été un peu déçu. En effet ayant été habitué au "standard Cachan" durant 2 ans, j'ai trouvé le niveau très en dessous du DUT GMP dispensé dans votre établissement. Les profs sont tous chercheurs et dispensent pour certains, des cours extrêmement théoriques sans aucunes applications concrètes.... Dommage pour une formation qui est censée faire intégrer l'étudiant dans le monde du travail... Les projets sont très en dessous de ce qui est fait à Cachan et de loin je pense...Il m'est arrivé d'avoir la nostalgie de Cachan pour tout vous dire 

 Pour information j'ai validé cette formation en alternance chez Dassault Aviation, où là par contre j'ai énormément appris. j'étais apprenti chez DASSAULT AVIATION à ST CLOUD. Après l'obtention de ma licence (mention bien) j'ai signé un CDI chez DASSAULT en octobre 2011. 
Je pense que cette formation n'a aucun intérêt sans un apprentissage au sein d'une bonne entreprise. 

Étant depuis toujours passionné d'aviation, j'ai passé les tests de sélection dans l'Armée de l'Air en décembre 2011 pour intégrer la formation de pilote de chasse et j'ai eu la chance d'être sélectionné.
J'ai donc démissionné de chez DASSAULT et je suis désormais élève officier du personnel navigant dans l'Armée de l'Air à Salon de Provence depuis le 17 avril ; normalement j'y suis pour encore un an.

Après une formation militaire initiale et la formation de l'officier, j'ai commencé depuis bientôt un mois les cours pour obtenir le brevet de pilote de ligne théorique (ATPL)- J'ai obtenu mon brevet de parachutiste et ai effectué des vols de motivation en tant que PAX sur FALCON 2000 SUPER PUMA, TBM 700 et MIRAGE 2000B. Si tout se passe bien je serai ensuite affecté à Cognac pour intégrer l'école de pilote de chasse de l'armée de l'air, et suivant mes résultats orienté sois en chasse soit en transport.

En ce moment je termine la première partie de mon ATPL, je passe 6 UV dans 5 semaines. Tout se passe bien pour l'instant, je fais tout pour en tout cas.
La route est encore longue et la formation relativement éprouvante psychologiquement.
Je suis passé sur le site Aérodyne, je vois que l'association marche plus que bien et que la Luciole avance!

Cela me ferait très plaisir de retourner à Cachan un jour, je ne sais pas si des évènements entre anciens étudiants sont organisés, ou pour parler de mon expérience au sein de votre IUT.

J'espère que tout va bien pour vous, que la luciole avance et je vous souhaite une bonne continuation.

Cordialement"
---------------------------------------------------------------------------------------------
Jean-Simon TAMBURINI :
IUT de CACHAN GMP, Promo 2009,
en formation pilote de ligne

"Bonjour,

Voici deux photos de mon nouvel environnement de travail! J'attendais de finir les vols en Cessna 172 (Initiation au vol aux instruments) et le début des vols sur le plus "sexy" Diamond DA42 Twinstar. 

Rapide topo :
Après avoir obtenu mon DUT en 2009, j'ai rejoins Heriot-Watt University en Ecosse pour obtenir un Master in Mechanical Engineering en Juin 2012. Dans le même temps, j'ai travaillé sur un projet de CAO pour une start-up à Glasgow (je ne peux pas donner beaucoup plus de détails, le brevet est en cours...). 
J'ai ensuite rejoins CTC, école de pilote Anglo-Néo-Zélandaise, afin de passer mes diplômes pour devenir pilote de ligne. Après avoir passé les examens théoriques pour l'ATPL (Airline Transport Pilote Licence) à Southampton, je suis maintenant en plein apprentissage du métier à Hamilton, NZ où nous volons sur 3 types d'avions: les DA20 "Katana" et DA 42 "Twinstar" de Diamond et le Cessna 172. En espérant que tout se passe bien, je rentrerai en Europe avec mon CPL (Commercial Pilot Licence) en Février prochain pour rejoindre une des compagnies partenaire de CTC courant 2013.

L'apport de l'IUT dans cette formation est indéniable. Le background technologique acquis à Cachan est clairement un plus pour les examens théoriques de l'ATPL: avoir des connaissances en thermodynamique, en électricité et électronique (même basiques) et sur les matériaux permet de gagner un temps précieux au moment de passer ces tests. De manière plus pratique, CTC insiste aussi sur l'importance de comprendre le fonctionnement des appareils et le rôle primordial de leur bonne maintenance. Enfin, et sans surprise, l'Anglais technique n'est pas un plus mais un requis: malgré l'importance de la France dans l'histoire de l'aéronautique, ne nous voilons pas la face l'Anglais est devenu la langue de ce métier...

N'hésitez pas à me contacter si vous, ou quelqu'un d'autre, souhaitez plus d'informations!
Cordialement"
------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Jean-Charles DI GIOVANNI :

IUT de CACHAN GMP, Promo 2010,
Dessinateur projeteur chez Hispano Suiza




« Durant la première année, j'ai été recruté par Assystem, une société de prestation dans le domaine du conseil en ingénierie en tant que dessinateur. 

J'ai tout d’abord, intégré l’un des plateaux Sagem Défense & Sécurité à Argenteuil au Centre d'Excellence Caméra Thermique et Portable. Durant une période de 7 mois, j’ai principalement traité les évolutions, les améliorations et les corrections des dossiers de définition sur des produits tels que les jumelles JIM LR ou encore sur les caméras MATIS STD et MATIS LR. J’ai aussi effectué au second plan, des travaux d’assistance à l’étude et à la fabrication comme la conception d’outillages nécessaires aux traitements de puces électroniques.

Une fois cette première mission terminée, j’ai été affecté au bureau technique de Dassault Aviation à la Direction Générale du Soutien Militaire pour une durée de 8 mois. Ce bureau technique est chargé des réparations structurelles des avions militaires. Le but de mon travail est d’analyser la nature et l’ampleur des dommages sur Mirage 2000 et Rafale, de proposer des solutions, de les modéliser et de réaliser les plans sur CATIA V4 et V5. Les gros sujets de cette période ont été la réalisation d’outillages commandés par l’armée de l’air permettant d’allonger la durée de vie de certains appareils.

Parallèlement à ma mission chez Dassault Aviation, j’ai postulé sur le site du groupe SAFRAN tout en sachant que j’avais peu d’expérience professionnelle. J’ai finalement décroché un poste chez Hispano Suiza en tant que projeteur au département « Nouveaux Produit » où je participerai au développement des boites de transmission de puissance de réacteur d’avion et je commencerai dans un mois.

Durant mon expérience professionnelle, la formation reçut à l’IUT de Cachan m’a permis de m’adapter très rapidement à mon nouveau milieu de travail. Les bases en CAO sont assez solides pour pouvoir maîtriser n’importe quel logiciel de conception et mes connaissances générales en bureau d’études et en méthodes m’ont permis de réussir mes entretiens d’embauche (il est fréquent qu’un ingénieur vous fasse passer un, voir plusieurs tests). Personnellement, je me sers encore de mes livres de Méthodes et de celui de métrologie pour la cotation fonctionnelle. »


---------------------------------------------------------------------------------------------------------
Alexandre MALLET
IUT de Cachan GMP, promotion 2007
Ingénieur aéronautique chez Bombardier Aéronautique à Montréal

"Après mon DUT à Cachan et mon stage chez Renault en Slovénie, j'ai eu le goût de continuer à voyager. Je suis alors rentré à l'UTC, en Génie des systèmes mécaniques. Après un 1er stage chez PSA à Velizy pour travailler sur le développement des usines numériques, j'ai effectué un semestre d'étude à Montréal, à l'école de technologie supérieure en Génie de la production automatisée. Après un bref retour d'un an en France où j'ai effectué mon stage de fin d'étude chez St Gobain Sekurit et où j'ai travaillé pendant 6 mois comme ingénieur industrialisation chez Souriau, où nous développions des connecteurs pour le nucléaire.
Trop en manque de Montréal et une profonde volonté de travailler dans le milieu aéronautique, Bombardier était tout indiqué pour moi.

"Votre passion pour l'aéronautique m'ayant inspiré, voilà presque 2 ans que je travaille pour Bombardier Aéronautique à Montréal, au centre de finition du Global 6000. Mon projet cette année à été de mettre en place une ligne dynamique pour la fabrication et l'installation de l'intérieur des Global. J'ai notamment travaillé sur le séquencement, la gestion de la performance, la mise en production, l'aménagement et la gestion visuelle. Tout un défi diminuer un temps de cycle de 40% en un an!!!! et de multiplier par 2 le nombre d'avions livrés..."


"Autre point, ce que m'a apporté l'IUT:
Grâce à mes années passées à l'IUT de Cachan, qui ont été sans doute les plus enrichissantes dans mon apprentissage technique, je peux, à tous les jours, mettre à profit cette réelle expertise généraliste en mécanique et gestion industrielle. Le fait que la formation fût très accès sur la pratique plait beaucoup aux recruteurs et aux gestionnaires, ce qui peux réellement faire une différence autant à l'embauche qu'au quotidien.
Alors surtout, ayez du plaisir, savourez chaque instant (pour ma part ceux passé à l'atelier à travailler sur les différents projets ont été les meilleurs) et prenez tout ce que vous pouvez en terme de connaissance,vous ne le regretterez pas."

------------------------------------------------------------------------------------------------------------
Antoine FAURE
IUT de Cachan, GMP, Promotion 2006
Ingénieur d'essai chez Dassault Aviation

"je suis bien content d'avoir de vos nouvelles sur cette adresse mail, le temps passe et les années défilent, voilà maintenant 6 ans que j'ai quitté l'IUT de Cachan. Je suis assez nostalgique de mon passage à l’IUT car j'ai énormément appris au cours des ces 2 années. Pour faire bref topo sur mon parcours après l'IUT...

Je suis rentré aux arts et métiers de Chalons en Champagne (2 ans de pur bonheur). Puis je suis partis finir mes études au canada pendant 2 ans pour obtenir une maitrise en génie mécanique. La bas pendant un an j'ai travaillé sur des projets qui touchent à la mécanique aéronautique et particulièrement sur le durcissement par induction des engrenages de turbomachines (Pratt & Whytney Canada et Turboméca sont assez friands des ces recherches...). Sujet très intéressant. Puis je suis rentré en France, j'ai cherché du travail pendant près de 3 mois et demi, à envoyer des candidatures et passer des entretiens à la volé pour des agences de consultants et j'ai trouvé un 1er emploi en CDD pour un poste d'ingénieur d'application dans le domaine de l'étanchéité et du guidage. J'étais alors en charge de fournir les meilleures solutions d'étanchéité dans les entreprises qui travaillent  dans l'aéronautique. La boite est très sympa, mais le job n'était pas assez diversifié, je m'ennuyais un peu. 

Au cours de ces trois mois de CDD, j'ai eu des réponses de candidatures que j'avais déposées dans plusieurs grandes entreprises, SNECMA, Safran, GE, Dassault.... et je continuais à passer des entretiens le soir après le boulot. Et là, j'ai été embauché chez Dassault Aviation en tant qu'ingénieur d'essais et mise au point. Je suis donc à St Cloud (92), à travailler dans un laboratoire de prototypes où des équipements commandes de vol tournent sur des bancs d'essais et là où la technique est omniprésente ! Le travail est passionnant et très technique, ce qu'il me faut en fait!

Voilà tout pour les nouvelles.
A bientôt"
--------------------------------------------------------------------------------------------

FABIEN DUTERTRE,
IUT de Cachan, GMP, promotion 2004.
Ingénieur mécanique

"Chers anciens professeurs de DUT,

Il y a quelque temps maintenant que je souhaitais renouer contact avec l’établissement et les professeurs qui, de mon point de vue, m’ont ouvert les portes sur ma vie actuelle.
Bien que tout n’ait pas été rose durant mes deux années passées à Cachan, j’en garde d’excellents souvenirs et surtout d’excellentes connaissances. Ces cours souvent intéressants techniquement, défiants intellectuellement ou divertissants ont établi la base solide du reste de mon enseignement.
Déjà 8 années que je suis diplômé de Cachan, années pendant lesquelles j’ai continué mon évolution sur l’élan que vous avez su me donner :
  • Mon niveau d’anglais m’a permis de faire une partie de ma scolarité à l’étranger, et d’avoir aujourd’hui un métier qui me fait voyager régulièrement.
  • Mes connaissances techniques m’ont permis d’intégrer des métiers intéressants dans des domaines passionnants.
  • Ma communication m’a permis d’évoluer rapidement dans le milieu professionnel ou d’autres butent malgré leur savoir et leur motivation. 

J’ai commencé début juillet un nouvel emploi dans le domaine de la fonderie aluminium.
Je me suis revu en amphi dès mon arrivée dans cette entreprise, lorsqu’on m’a parlé de masselottes, angles de dépouille, noyau de sable, points eutectiques, traitement thermique, coupes transversales, éprouvettes mécaniques !!!
J’ai revu M. ROGER, avec une de ses jolies cravates LOONEY TUNES et M. BARREAU toujours bien habillé avec ses exemples concrets et intéressants et ses développements d'équations mécaniques interminables.

J’ai aussi retrouvé ici deux anciens de Cachan de promotions précédentes à la mienne, mais heureux de me rencontrer. Nous avons pu échanger sur nos souvenirs de l’IUT!

Je suis content de voir que certains professeurs demeurent et  font perdurer l’excellent niveau de cet établissement (à en croire les statistiques de poursuites d’études). Je suis un peu déçu aussi de voir que certains professeurs ne font plus partie des murs :
  • M. MAROT (si je ne me trompe pas), enseignant en matériaux à mon époque.
  • M. RICHARD qui savait apprendre la vie aux étudiants, au-delà de la mécanique !! Enfin lui je ne le regrette pas (comme beaucoup, je pense)… 

J’espère que vos étudiants actuels sont conscients des possibilités qui s’offrent à eux en sortant la tête haute de l’IUT de Cachan GMP avec de grandes opportunités d’obtenir un diplôme d’ingénieur quel qu’il soit. Rappelez-leur bien que le plus important n’est pas l’école que l’on intègre, mais ce qu’on fait de son diplôme une fois obtenu.

Je ne sais pas si vous avez beaucoup de retour de vos anciens étudiants après quelques années de vie professionnelle. En général, passé le cap de la fin d’études, c’est une page qui se tourne et qu’on ne rouvre pas. Je fais quant à moi un petit écart par ce retour en arrière pour vous remercier et prendre de vos nouvelles.

Bien cordialement."
--------------------------------------------------------------------------------------------


Alain TABUTAUD 
IUT de Cachan, GMP, Promo 2010.
Épicurien

Après deux années formidables mais éprouvantes à l’IUT, j’ai intégré l’UTC. Cela me semblait être le bon choix compte tenu de ce que j’avais pu entendre sur cette école mais également en fonction de mes envies et compétences. 
Cependant, je me suis vite aperçu que je ne m’y épanouissais pas, contrairement à l’IUT ou les professeurs étaient un moteur dans l’envie d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences. C’est donc après deux ans à l’UTC dont 6 mois de stage que je décidais d’abandonner ces études. J’étais dans la filière génie des systèmes mécaniques. 

Non fâché avec la mécanique, c’est un puits inépuisable par les possibilités et les applications qu’il y reste à faire, l’UTC ne m’a pas apporté les outils qui permettent d’innover ou en tous les cas de faire en sorte que les étudiants apportent leur vision des choses. La transmission des connaissances des professeurs est mise à mal par une distance pédagogique avec les élèves. 
À L’UTC il n’y a pas de promo dans le sens ou on en entend parler habituellement, c’est paradoxal, car il est très facile de se constituer un cercle d’amis ou de contact, mais très difficile de former un groupe de travail. Les travaux en groupe sont complexes à mener étant donné que personnes n’a le même emploi du temps, les créneaux pour travailler en groupe sont souvent le soir et nous ne sommes pas alors forcément disposés à générer un travail productif. À l’inverse, le nombre d’association nombreuses et diverses permettent de rencontrer énormément d’étudiants. Je ne m’en vais pas dénigrer l’UTC ou faire l’apologie de l’IUT de Cachan, mais concernant l’apprentissage en mécanique au sens large, on n’y apprend  rien de plus si ce n’est moins.

Le point bénéfique est le stage que j’ai pu effectuer ; le 4ème semestre d’étude est un stage en tant qu’assistant ingénieur. Réalisé à CMD engrenages et réducteurs, ma mission de stage était l’optimisation et la conception d’un réducteur pour l’industrie sucrière, l’objectif étant la réduction des coûts. Les 6 mois qu’ont durée ma mission m’ont permis de faire deux conclusions : 
- La conception mécanique est un domaine que j’apprécie, il fait place à la créativité (quand on nous en laisse la possibilité), et dans lequel je ne suis semble t’il pas mauvais.

- Je ne m’épanouis pas du tout dans un bureau d’étude à faire 45 heures de PC par semaine. Au-delà de ça le monde industriel ne m’intéresse pas tel qu’il est.

En arrêtant l’UTC, décision que je prends fin août 2012, je n’ai pas réfléchi particulièrement à la suite des évènements, je constate surtout que c’est le premier choix que je fais en toute objectivité et en toute conscience. Je m’abroge de toute pression sociale, de toute critique. Ma décision est seulement le fruit d’une réflexion ; l’UTC ne m’apporte pas de nouvelles idées, la valeur ajoutée est faible; pour quelles raisons je continu ? Pour quelles raisons suis-je entrée à l’UTC ? 
J’ai quand même obtenu un Bachelor en sciences et technologies, ce qui permet de valoriser mes deux années.  

Le fait de passer le bac est pour un certain nombre un non choix qui peut poser problème par la suite. Car une fois le bac en poche, il s’agit de franchir la bonne porte ; de faire un choix personnel ce qui n’est pas toujours le cas, décisif sans pour autant irrévocable. J’ai obtenu mon bac STI en génie mécanique et productique. Ensuite mes résultats scolaires étant bons, j’ai intégré une CPGE TSI (spécial pour bac technologique). Cette décision résulte plus d’un mouvement normal, que d’un véritable choix. Un an de CPGE à suffit pour qu’on m’indique la sortie, sur une promo de 46, je suis quand même dans les 30 qui soient resté jusqu’à la fin de l’année mais pas dans les 22 qui sont allés en math spé. Je suis alors entré à l’IUT de Cachan en génie mécanique et productique. Deux années qui avec du recul sont merveilleuses, on découvre LE génie mécanique. Et ensuite comme je l’indiquais plus haut, je faisais mon entrée à l’UTC.

Par ailleurs, l’écologie est un domaine qui me tient particulièrement à cœur. J’ai eu une prise de conscience pendant ma formation à l’IUT - comme quoi je devais m’y sentir bien, car il n’y a à priori pas de rapport - depuis je n’ai cessé de m’y intéresser. 

Je commence seulement à me demander ce que je veux dans la vie ! Je veux être heureux, (n’est ce pas notre but à tous), pour cela j’ai besoin d’allier la mécanique et l’écologie dans le monde artisanal. Je veux faire de l’éco-construction, je m’y intéresse depuis quelque temps et cela me semble être la bonne décision. Je ne souhaite pas faire une formation  longue, je me dirige donc vers une licence professionnelle. 

Donc fin août je contact deux licences pro que j’ai repéré et je postule, on m’indique que mon profil correspond mais que bien évidemment les inscriptions et les candidats sont déjà sélectionnés. Je m’y attendais, mais qui ne tente rien n’a rien. Je réponds que je m’inscrirais l’année prochaine. Phrase choc : me voilà avec une année de césure / année de construction ou de développement / année sabbatique. À moi de faire de cette année, une année de choix, de décision, d’éveil. Je veux me consacrer à l’écologie et j’ai envie de rencontrer des gens qui partagent ma vision des choses.

On voit s'ériger des générations d'enfants qui faute d'un éveil à la vie sont réduits à n'être que des consommateurs insatiables, blasés et tristes. (Manifeste pour la Terre et l'humanisme : Pour une insurrection des consciences, Pierre Rabhi)

Voici le plan que j’avais profilé sur mon année :
- WWoofing période automne et hiver
- Chantier participatif printemps été
- Travailler deux ou trois mois dans l’année pour avoir un bilan positif en fin d’année, cela étant ce n’est pas une nécessité, l’année ne vas pas à priori me coûter cher.

Je pars donc fin septembre (après avoir régularisé ma situation avec l’UTC) faire du Wwoofing en Ardèche. J’ai trouvé un couple de 40 ans qui s’est lancé il y a 4 ans dans l’élevage de cochons bio en pleins airs, exactement ce que je veux : un retour aux sources. Parti avec une date de début mais pas de date de fin, je reviens fin décembre. Ces trois mois ont été une rencontre, des moments de partage, des échanges. Ça m’a permis de réfléchir sur mon parcours (aucun regret tant sur mon entrée que sur ma sortie de l’UTC) et sur le chemin à venir. 


Une fois cette merveilleuse expérience terminé, je me mets à chercher un chantier participatif, je suis un peu en avance sur mes plans mais je n’ai pas spécialement envie de travailler après les trois mois en Ardèche ! De plus quelques chantiers participatifs font leurs apparitions en ce début d’année 2013. En hiver ce n’est pas forcément la meilleur période, je trouve cependant une annonce qui m’intéresse pour début février. 

Je pars pour le lot, pour la rénovation d’une grange, au programme montage de mur en liège et chanvre, avec couverture en volige peuplier. Encore une fois expérience très enrichissante, c’est des échanges sains, du partage, une demande d’ouverture d’esprit. 
C’est au cours de ce chantier que j’ai reçu un coup de téléphone du directeur technique de l’entreprise ou j’avais effectué mon stage, CMD. Il avait eu vent de mon année sabbatique auprès de mon tuteur avec qui j’avais échangé pour la nouvelle année. Et il me proposait une mission de quelque mois chez eux. Cette proposition arrive à point nommé, je vais pouvoir gagner un peu d’argent, ça me fait une expérience pertinente en plus, bien que je ne souhaite pas poursuivre dans cette voie. C’est également très valorisant d’être contacté par une entreprise et pouvoir poser ses conditions. J’acceptais donc après avoir défini la durée, la rémunération, et la mission exacte. J’ai commencé ce CDD au mois de mars, ce qui va également me permettre de stabiliser pendant deux mois mon année sabbatique. 
Quand ce CDD va se finir, je compte reprendre les chantiers participatifs tout en m’inscrivant aux licences professionnelles que j’ai repérées.
Mon objectif est toujours de participer à l’avancer d’un monde meilleurs, je terminerais sur ce dialogue entre l’agent 0SS 117 et des hippies :

- Changer le monde, changer le monde vous êtes bien sympathiques mais faudrait déjà vous levez le matin. Je sais pas si vous êtes au courant mais le monde, il vous attend pas, le monde il bouge et il bouge vite! Et vous n’allez pas tarder à rester sur le carreau moi je vous le dit ! Parce que là vous êtes en vacances très bien mais à la rentrée...      - On n’est pas en vacances !      - Bon ok admettons vous avez pris une année sabbatique très bien mais l’année prochaine, vous avez pensé à ça ? L’année prochaine ? C’est pas le monde qui va se plier à vos désirs mes enfants ! C’est pas 68, année de la jeunesse, c’est pas comme ça que ça se passe. C’est le vrai monde dehors et le vrai monde il va chez le coiffeur. Alors gnagna, les guitares, les troubadours tout ça c’est fini !

Moi c’est depuis que je suis en année sabbatique que j’ai l’impression de changer le monde !!
J’ai lu avec attention les expériences des anciens étudiants Cachanais, et je suis ravi de voir que chacun à pu poursuivre sa voie.

Et qui sait, peut être à bientôt, à l’improviste, sur la route du hasard …